Souvenir de Gamer - Suikoden Tierkreis (2008)

Ce n’est pas vraiment un souvenir puisque j’y ai joué seulement cette année. On va dire que c’est une sortie que j’avais raté à l’époque parce que j’étais sur les concurrents de cette licence…Mais j’ai quelques regrets.

C’est une des plus grosses ROMS de la Nintendo DS parce que dedans, il y a une tonne de cinématiques, de vraies voix (en anglais), des petites séquences dignes de films de japanimation…Il est en français pas si mal traduit. Mais Suikoden, c’est un peu le fils maudit de la catégorie JRPG avec son copain Grandia. J’avais joué aux deux premiers épisodes sur la première Playstation avant de laisser tomber la licence quand elle s’est poursuivie sur la PS2… Ce qui fait que j’ai raté cet opus sur la Nintendo DS… Konami faisait une infidélité à Sony pour le coup. Les ventes furent modestes et pourtant cela reste un des plus beaux jeux de la console…

On pourrait l’appeler Suikoden 6 mais ce n’est pas tout à fait exact. En effet, il ne se déroule pas dans le même monde que les autres Suikoden. Une sorte de Spin Off.

image1

« Le jeu met en scène un jeune garçon et ses amis qui tentent d’endiguer la montée en puissance d’une organisation ayant pour but de conquérir les différents territoires pour diffuser sa pensée unique. » (..) « Le héros vit dans un petit village paisible appelé Citro. Depuis quelque temps, les créatures peuplant les environs se montrent agressives. Avec ses amis, il va essayer d’en savoir un peu plus mais la découverte d’un livre mystérieux transmettant des pouvoirs magiques le décidera pour de bon à se lancer dans une aventure pleine d’imprévus. L’exploration des différents endroits le fera rencontrer de nombreux alliés mais aussi de nombreux ennemis, et principalement une organisation malveillante du nom de l’« Ordre de la Voie Unique » contre qui il luttera en rassemblant tous les alliés dans une base, située sur un château en ruine réquisitionné »

image2

On est dans une mécanique classique de JRPG c’est à dire avec un environnement très guidé où il faut parler successivement à des personnages, voir des cinématiques, se balader dans des labyrinthes et des cités. Il y a des combats aléatoires (trop…!!) qui permettent aussi de faire du « leveling » afin d’avoir des personnages suffisamment puissants pour battre les boss. Comme dans les Final Fantasy de la Playstation, on bascule en 3D (superdeformed) lors des combats, le reste étant de la 2,5D ou de la 2D. Le character design est réussi, plutôt moderne à l’image des nombreux jeux de rôle coréens et japonais de l’époque. La bande son est magnifique.

La particularité de ce jeu est de pouvoir « recruter » des amis au cours du jeu comme support dans l’aventure. Notre héros reste le seul présent tout le long de l’aventure et il ne meurt/disparaît pas prématurément comme dans certains Final Fantasy. Cela laisse donc une large palette de possibilité de développement d’équipe. Par contre, si on affuble un de ces alliés d’armes, il se barre avec…mais jamais très loin puisqu’il reste dans notre forteresse. Ces recrutements se font soit au cours de l’aventure principale ou bien au cours de quêtes annexes. Comme il y en a 108 dans le jeu, ça laisse augurer de toutes les possibilités.

Le système de combat est assez proche des anciens Final Fantasy ou Dragon Quest avec du tour par tour. Il est même plutôt simpliste par rapport à ces concurrents mais on s’en contente bien. Lors des combats, les dégâts de type maladie, confusion etc ne restent pas tous et on peut donc miser là dessus pour économiser ses potions. Dommage pour le réalisme. A chaque changement de niveau ou récupère aussi le maximum de ses MP et PV.

Je suis rentré assez facilement dans ce système de jeu par habitude. Il y a également cet univers joliment rendu pour pousser à passer des heures dessus. On en a facilement pour une vingtaine d’heures ce qui est bien payé sur la petite portable Nintendo.

Par rapport au dernier Dragon Quest IX paru sur cette console, je l’ai trouvé d’un abord plus facile, plus classique aussi. Dommage que l’action soit trop hachée par ces combats aléatoires trop fréquents même s’ils aident à la progression. Dans les autres licences, il faut passer plus de temps à « leveler » par soi-même volontairement alors qu’on peut ici plus facilement suivre le fil de l’histoire. C’est un choix…

image3

Je ne révélerai pas la fin de cette aventure magnifique (sauf cet écran, ha ha) mais je regrette finalement d’avoir attendu autant de temps pour mettre la main dessus. On le trouve d’occasion mais c’est assez rare, forcément… donc il atteint des prix prohibitifs (2 à 3 fois son prix de sortie!!). Parfois la spéculation tue la passion.

Je me suis fais une petite vidéo de présentation avec quelques images, la vision des différentes phases du jeu, et des clins d’œils amusants. Le longplay, ça ne sera pas possible par contre… Car j’y ai passé exactement 23 heures, puisque je me suis un peu perdu dans des labyrinthes. Pour info, j’ai terminé avec des personnages en niveau 61 mais les dernières explorations font vite grimper les personnages. Juste un conseil : Prévoyez beaucoup de potions MP et HP car la phase finale enchaîne 3 labyrinthes et un combat en 3 phases sur le boss.

la video

Written on November 5, 2020
Categorie : geek
Tags : 2000s,geek,jeuderole,jeuvideo,NintendoDS,retrogaming,rpg