BD - Sarkozy Kadhafi de Arfi, Collombat, Chavant, Despratx, Guéguen, Le Guilcher (2019)

Voilà encore une preuve que la BD, à l’image du cinéma et de la littérature, peut s’attaquer à tous les genres, du documentaire à l’humour….Ici, c’est une enquête journalistique sur les relations troubles entre l’ancien leader libyen et l’ancien président français, sur fond de financement de campagne et de géopolitique.

image

Sous-titré “des billets et des bombes”, l’ouvrage de plus de 250 pages retrace l’enquête menée par 5 journalistes. Elle est illustrée par Thierry Chavant à l’image de son travail dans l’excellente Revue dessinée. Tout commence par le financement de la campagne de Balladur en 1995, mais on pourrait remonter aussi aux réseaux Pasqua de la françafrique, dans lequel est mélé un certain Alexandre Djourhi. Avec Zied Takieddine, ce sont les deux personnages clés de l’enquête, à la fois dans les marchés de l’armement, dans le relationnel avec les régimes dictatoriaux, et les financements occultes. Si le volet justice est très loin d’être terminé, il y a ici de quoi raconter une histoire. Cette histoire n’est pas exempte de défauts et d’imprécisions sur le volet militaire mais essaye de donner une peinture de la situation.

C’est déjà celle de Kadhafi, leader libyen peu démocrate qui veut se racheter une conduite sur le plan international et cherche l’appui de grands pays comme la France. A travers cela, il veut aussi montrer la Libye comme la leader de l’Afrique, finançant un satellite de télécommunication (le premier africain) mais surtout voulant mettre en place une monnaie africaine indépendante du dollar, du franc CFA (dépendant de l’euro et de la banque de France). Il veut aussi s’assurer de l’indépendance énergétique de son pays sur le long terme mais d’autres éléments vont mettre à mal cette stratégie ambitieuse, comme la crise financière (Goldman Sachs annonce des pertes de 98% des avoirs libyens !!).

Dans ce contexte, on comprend que Sarkozy ne voit qu’une grosse tirelire à pattes, voire une manière de réguler les migrations en méditerranée. Les USA vont vouloir se débarrasser du personnage, la France adhérant rapidement à cette vision, surtout quand les libyens refusent d’honorer les contrats d’armement, à l’exception du système d’espionnage des communication d’Amesys. La révolution initiée à Benghazi va aider grandement à faire chuter Kadhafi, devenu encombrant. Je suis plus critique sur les approximations du récit sur l’influence Quatari, bulgare… même s’il faut rappeler aussi l’affaire des infirmières bulgares et le grand guignol de leur libération puis de la venue du Raïs libyen en France. L’ouvrage a tendance à minimiser grandement les tortures et exactions de l’armée, parlant des manipulations occidentales plus que de la réalité, même s’il y a quelques planches insoutenables. La vérité est sans doute entre les deux.

image

Tout en restant une BD passionnante, l’ouvrage argumente et apporte des preuves de ses dires, essayant de tisser le fil entre ces évènements et ces témoignages de témoins parfois retenus dans des geôles complices. Il est fort probable que la vérité n’apparaisse qu’après le décès de tous les acteurs de cette histoire, à force de reports, de vices de procédure, de pertes et remises en cause de documents. Reste donc pour l’instant, parmi d’autres, ce moyen de s’informer sur une relation au moins aussi trouble que celle des USA et de l’Arabie saoudite, entre financement, lobby de l’armement et géopolitique régionale.

Written on November 28, 2019
Categorie : bd
Tags : 2010s,afrique,bd,Geopolitique,journalisme,libye,LittératureetBD,sarkozy