Culture - Retrouver la passion d'écrire... et de lire

Il parait que l’école crée une jeunesse paresseuse et pleutre. Ce n’est pas moi qui le dit mais le philosophe français Vincent Cespedes. Et ceci m’a fait penser à des passions d’aujourd’hui qu’on a failli tuer hier

Je pourrais parler autant de la musique, que du dessin (qui a longtemps eu mes faveurs) mais par rapport à ce blog, c’est l’écriture sur laquelle je me focalise aujourd’hui. Et j’ai commencé à vraiment prendre du plaisir à écrire en classe de 4ème. Je me souviens encore très bien de cette prof de français, Mme Palaggi, à la fois passionnée et rigoureuse. Elle nous encouragea à développer notre imaginaire, à tenter des choses tout en nous initiant au théâtre, à la magie des mots et de la lecture. Mais la 4ème ne dure qu’un an et la 3ème, et les autres classes ne furent pas du même tonneau. Entre intérim et mauvaise pioche, entre académisme et sortie des sentiers battus, ce furent des alternances de bons moments et d’ennui profond. Alors que j’écrivais à une époque quelques poèmes et histoires pour mon plaisir, ces cours ont fini par me dégouter totalement de l’écriture, surtout que j’avais choisi une filière scientifique.

Il a fallu bien des années pour que, un peu par hasard, je me remette à écrire, par amusement, des textes parodiques, des chansons ou bien des faux articles avant d’arriver aux vrais, à des nouvelles, des poèmes et un “roman” un peu particulier. Avec le recul, cela s’est fait parce que j’ai eu le courage de me lancer, d’avoir quelques compliments plutôt que des remontrances castratrices. C’est surtout que dans le cadre de l’enseignement, on passe finalement plus de temps à tenter vainement d’analyser des textes et faire dire des choses à des auteurs qui n’ont pas forcément pensés un traitre mot de tout cela. Le processus d’écriture n’est pas disséqué ou expliqué. Je crois d’ailleurs que ce ne serait pas la bonne approche.

Si l’on pose la question à dix écrivains ou journalistes sur ce qu’ils ressentent au moment d’écrire ou sur leur méthode, pas un ne répondra la même chose. Entre l’écriture d’une chronique, d’un poème, d’un roman ou d’un article jounalistique, ce n’est déjà pas la même approche. Pourtant, il m’arrive d’avoir les mêmes sensations, d’oublier un moment le monde qui m’entoure pour être dans mon sujet, dans un personnage, une situation, un lieu. J’en connais qui sont extrêmement méthodiques, préférant tout décrire, planifier, annoter avant de se jeter dans l’écriture proprement dite. Tout cela n’a jamais été abordé dans l’enseignement. Trouver le lieu et le moment propice, trouver la méthode qui nous convient, parmi quelques exemples aurait pu être une piste.

Au lieu de cela, on essaye de trouver ce qu’a voulu dire un auteur, ce qu’il avait au fond de lui. Cette course est vaine et sans limite. Moi même, sur certains de mes textes, je suis incapable de tout analyser ce qui reviendrait à de la psychanalyse. L’écriture fait appel à beaucoup de nous, de nos expériences, de nos souvenirs,de pulsions, de blessures. Sur le roman que j’ai en cours, il y en a. J’ai un but, une fin probable mais tout ce qu’il y a autour, tout le déroulement fait appel à des expériences présentes ou passées. Même un auteur de “page turner” à vocation commerciale aura une part de lui dans ses écrits, tandis que d’autres se contenteront d’appliquer des recettes à succès toutes faites, de recopier un “Harry Potter”, un “Entretien avec un Vampire” ou que sais-je.

Je ne voudrais pas être à la place de celui qui enseigne l’écriture et la lecture. Je ne saurais dire comment intéresser chacun des élèves, avec ses problèmes, ses affinités, ses envies. Ce que j’ai ressenti en 4ème n’a certainement pas été partagé par 100% de ma classe. De même que si j’aime écrire, j’aime aussi lire (et ça ne s’est pas démenti au cours du temps), bien que j’en ai moins le temps aujourd’hui (lire ou écrire, il faut choisir). Avec l’utilisation du support numérique, je n’ai pas cessé de lire mais j’avoue que je m’autolimite sur les sources d’informations afin de me concentrer et de lire au lieu de survoler. Maintenant il faut accrocher d’abord l’oeil, puis captiver par quelques mots pour que l’utilisateur du web aille lire. Cela frise même la caricature et je me sens moi même piégés quand je regarde ce que je fais : Aller vers les images qui m’interpellent, voir les titres puis ne lire que le préambule, quelques gros titres et mettre de coté pour plus tard. Là encore, il faut s’éduquer, retrouver cette concentration et ne pas céder à toutes ces distractions que l’on nous offre.

Pour en revenir à l’école, c’est bien son rôle maintenant de sortir des stereotypes et non pas de formater. Mais aujourd’hui, “ L’école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales”. Combien de fois ai-je entendu des discours pessimistes sur l’avenir, la possibilité d’accès à des filières d’élite qui elles-même reproduisent des schémas en photocopie. Mais je ne dirai pas comme notre philosophe que “Les maths ? Sinus et cosinus ne m’ont jamais servi dans la vie”, pas plus que la Princesse de Clèves si chère à un prof de 1ère. L’école se doit d’être généraliste, de voir large et donc d’intéresser et non lasser. C’est ce que je lui reproche pour l’enseignement des lettres qui part du classique pour aller vers le moderne alors qu’il faudrait aussi faire le chemin inverse, montrer ainsi toute la modernité des textes classiques en partant d’exemples modernes qui parlent immédiatement. Entre cinéma, séries, vidéos, les supports ne manquent pas de nos jours pour faire revenir les lecteurs à l’intérêt des mots, des phrases, des auteurs classiques ou moins.

Written on August 20, 2015
Categorie : litterature, reflexion
Tags : éducation,blog,enseignement,Haiku,lecture,Littérature