Cinéma - Les aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury (1973)

Malgré sa rediffusion annuelle, c’est un des rares films que je peux revoir avec plaisir, sans lassitude. Je le connais pourtant presque par cœur, avec ses répliques mais c’est une telle mécanique qu’il est au firmament des comédies. Alors finalement, pourquoi en parler ici ?

Je pourrais passer du temps à analyser les scènes, le pourquoi de ce succès qui ne se démode pas, mais des cinéastes et autres critiques l’ont déjà fait. Alors, autant faire simple et donner envie, partager ce moment de franche rigolade, mais avec du rire un peu plus intelligent que la moyenne. Car Rabbi Jacob n’a rien d’une comédie à l’humour régressif, comme on en fait maintenant. Elle traite du thème du racisme avec une telle modernité que l’on peut revoir sans nostalgie le film. A moins que notre société n’ait pas tant évolué que cela ?

Pour incarner ce héros, M. Pivert, il fallait évidemment le français par excellence, le râleur, … Louis de Funes (qui était d’origine espagnole). Et le succès du film doit au moins 50 % à l’énergie de l’interprète. On peut lui reprocher parfois d’en faire trop dans les mimiques mais elles collent parfaitement au ton du film, ici. On sait très rapidement qu’il y a de la caricature, mais on ne sombre pas non plus dans le cliché… Enfin pas trop : L’arabe et son pétrole, la communauté juive dans la fourrure, le delicatessen, …. Ca reste secondaire par rapport au reste. Il y a ensuite le rythme, les gags qui se succèdent, tant visuels que dans les répliques et cela sans aucun temps mort. On reste dans l’héritage du burlesque et de la comédie classique mais avec des dialogues ciselés.

video 1

Et puis, si on se doute que le thème reste lié aux juifs, le film est assez intelligent pour parler de toutes les formes de racisme. Il y a même un clin d’œil au conflit arabo-israelien, ce qui à l’époque était plutôt osé avec les conflits passés, en cours, … et à venir. Les moyens étaient tout de même considérables pour l’époque, quand on regarde les cascades, les plans avec l’hélicoptère (un placement produit ? ), les lieux de tournage. Dans le contexte d’aujourd’hui, ça serait un film à gros budget parmi les comédies.

Et justement, on dit souvent que l’on ne pourrait pas le tourner aujourd’hui. S’il est autant rediffusé, c’est la preuve que oui, sinon il serait considéré comme démodé. Par contre, pour retrouver l’équipe qui a eu le talent pour l’écrire et le réaliser, c’est une autre paire de manches. Avec le remake/suite prévu, l’inquiétude est de mise et il ne faudra pas essayer de refaire le même film. Déjà parce qu’il n’y a qu’un Mr Pivert et que singer les scènes cultes (la danse, l’usine) serait parfaitement ridicule. Et puis à quoi bon refaire le même film quand il est rediffusé ?

Pourquoi revoir ce film une fois de plus ? Parce que le rire est bon pour la santé. Parce que rappeler des évidences sur la bêtise du racisme montre justement que ça n’a rien d’évident. Parce que c’est un moment de partage en famille, entre amis. Parce que c’est un jeu de dire les répliques juste avant qu’elles n’arrivent. Il y a peu d’autres films capables de cela alors on en reprendra bien quelques années de plus ?

video 2

Written on December 26, 2019
Categorie : cinema
Tags : 1970s,Cinéma,cinemathequeideale,comédie,Film,racisme