BD - La Main droite de Lucifer de Naoki Serizawa (2010)

Je me suis laissé tenter par ce Seinen (manga pour adulte) dans l’environnement de la médecine. Enfin c’est ce que l’on croit au premier abord car on y retrouve d’autres aspects bien plus classiques dans cette série en 6 tomes.

image

Yû Katsumi est un médecin ayant vécu 3 ans en Afrique en tant que membre d’une ONG, là-bas, enlevé par la guérilla locale il rompt le serment d’Hippocrate en tuant pour sa survie. De retour au Japon, accablé par le remords, il se fait tatouer une image de Lucifer sur le bras et arrête de pratiquer. Une nuit, après s’être battu dans la rue, il se fait poignarder et perd connaissance. Il se réveille dans la clinique du Dr.Minatono où les clients nécessiteux peuvent se faire soigner gratuitement mais pour financer l’équipement, la clinique soigne aussi des membres de la mafia dans le secret en échange de grosses sommes.

Comme on le voit dans le synopsis, on retrouve le héros un peu rebelle, le monde des Yakuzas mais on y ajoute une dimension sociale sur le système de santé japonais et les oubliés de la réussite économique. 6 tomes, cela paraît court mais c’est juste ce qu’il faut pour installer l’histoire et ne pas sombrer dans des redites et des longueurs. Ah si toutes les séries étaient aussi denses…Notre héros n’a évidemment pas grand chose du médecin classique et son tatouage va lui apporter des ennuis. Car au Japon, le tatouage n’est pas vraiment mode, plutôt symbole de mafia, et les yakuzas sont en voie de disparition. On voit d’ailleurs la concurrence des mafias d’Asie du sud-est dans la série.

Le dessin est extrêmement précis et réaliste, comme un bon Seinen classique. En plus l’auteur est photographe et ça se ressent dans le sens du cadrage. Par contre, les scènes de mouvement sont parfois hasardeuses avec de curieuses perspectives. Dans la rubrique regret, il y a aussi le recours à quelques planches sexy sur les derniers tomes qui tombent dans le cliché. Les médecins paraissent presque adolescents dans le dessin, à part Minamoto et ceux des CHU. Curieux pour un Japon à la population vieillissante.

image

Mais tout cela n’empêche pas de se laisser embarquer dans les histoires à rebondissement de cette clinique de quartier. On s’attache également aux seconds rôles, qui pourtant gardent du mystère. L’auteur a trouvé des conseils techniques auprès de médecins et on trouve des termes compliqués, des descriptions d’actes chirurgicaux qui ajoutent à la plongée dans l’univers médical. Un bonne série, originale par le thème général sans tomber dans le pathos, avec de l’action. Patient suivant ? ….

Written on January 14, 2020
Categorie : bd
Tags : 2010s,hopital,japon,manga,santé,seinen