BD - Life de Keiko Suenobu (2002)

C’est après la lecture de A Silent Voice qu’un commentateur m’avait conseillé la lecture de ce manga. Il m’a fallu un peu de temps pour réunir les volumes de la série, mais je n’ai pas été déçu.

Classé dans la catégorie Shojo (pour fille), il aurait pu être classé Seinen. Le thème est en effet loin des romances de ce genre.

“Ayumu Shiiba est une collégienne aux résultats moyens. Sa meilleure amie, Shino, est au contraire la meilleure élève de la classe. Cette dernière vise le prestigieux lycée Nishi. Pour ne pas être séparée de son amie, Ayumu décide elle aussi de participer aux examens de Nishi. Elles vont donc toutes deux travailler d’arrache pied pour atteindre leur but. Cependant, alors que les résultats d’Ayumu augmentent, ceux de Shino baissent inexorablement. Finalement, et contre toute attente, c’est Ayumu et non Shino qui est admise au lycée Nishi. De déception et d’amertume, Shino rend Ayumu responsable de son échec et rompt tout contact avec elle. Ayumu sombre alors dans la dépression et commence à s’automutiler”

Ce synopsis résume partiellement le premier tome mais l’auteure va bien plus loin dans les suivants. Il ne faut pas oublier que cela a été écrit dans les années 2000, les années “téléphones” et pas les années “facebook”. Aussi, les comportements de ces ados/jeunes adultes seraient différents aujourd’hui, mais sans doute en pire. Quand je dis pire, je pense à un harcèlement en ligne d’un groupe d’élèves vis à vis d’une autre, et nous avons connu des cas allant jusqu’au suicide. Si on se souvient que le Japon a le plus fort taux de suicide chez les adolescents, ça laisse augurer de ce que pourrait-être une actualisation. Notre “héroïne” Ayumu cumule à peu près tous les types de brimades et harcèlements (Ijime au japon). C’est un thème cher à l’auteure qui l’avait abordé dans Vitamine, son premier manga et on la sent investie dans cette dénonciation d’un problème sociétal.

Coté défauts, je n’accroche pas forcément à la découpe des pages qui manque d’homogénéité et évolue dans le temps. Cela manque de lisibilité parfois et rend le récit plus nerveux, comme si le sujet ne suffisait pas. Plutôt que nerveux, je devrais dire violent. Et l’autre défaut est d’avoir mis tous les problèmes possibles sur le dos d’une seule héroïne. Ca me paraît trop pour que cela soit supportable, surtout dans un contexte japonais. L’automutilation n’est évidemment pas qu’un problème japonais et j’ai connu aussi des cas similaires… Mais la qualité du récit l’emporte, avec le mystère qui entoure l’autre “paria” de la classe lorsque l’héroîne arrive à Nishidate. On revient un peu plus au Shojo dans cette sorte de romance admirative qui s’installe et maintient Ayumu à flot. Cela pousse le lecteur a aller plus loin, malgré toutes les horreurs que subit Ayumu.

Merci à celui qui m’a conseillé cette série de 20 tomes. Elle a aussi été adaptée à la télévision japonaise mais il y a peu de chance de trouver une version traduite. Sur ces 20 tomes, je trouve quand même qu’on tire trop en longueur (5 ou 6 tomes auraient suffit !!). Mais ça, c’est toujours le problème des séries à succès.

Written on August 22, 2017
Categorie : bd
Tags : 2000s,adolescence,éducation,harcèlement,japon,manga,shojo