Littérature - Je suis un chat de Natsume Soseki (1905)

C’est un peu par hasard que le nom de Natsume Soseki m’est venu aux oreilles, comme auteur classique de la littérature japonaise. Et quand je suis tombé sur un ouvrage consacré à un chat, je ne pouvais en éviter la lecture.

photo

Une pose presque féline

Mais il faut que je vous présente…L’auteur est né à Edo (aujourd’hui Tokyo) en 1867, dans un Japon qui va muter pendant l’ère Meiji. Après des débuts d’études d’architecte, il poursuit des études d’anglais tout en se passionnant pour les Haïkus et la littérature chinoise. Le gouvernement l’envoie se parfaire en Angleterre où il découvre le monde occidental. “Je suis un chat” est son premier roman, et justement parle d’un chat vivant chez un professeur d’anglais désabusé et renfrogné. Comme souvent à l’époque, le livre paraît sous forme de feuilleton ce qui permet de garder du rythme, mais s’inscrit aussi dans l’actualité du moment, à savoir la guerre Russo-Japonaise de 1904-1905.

Le chat est à la fois le témoin de cette société en mutation mais aussi un critique à l’humour parfois acerbe avec beaucoup d’autodérision. Le début est magnifique, à la fois sensible, touchant et malheureusement très réaliste. Mais la suite revient à une suite d’anecdotes sur la vie de cette maison, de ce quartier, et les évolutions dans cette ville très traditionnelle.

On y parle effectivement d’une guerre qui paraît lointaine mais qui ne tarde pas à toucher les familles. J’ai ri avec la scène du Mochi, imaginant alors mes propres félins dans ce ridicule. Et pourtant, les plus ridicules sont souvent les humains, avec leurs fausses convenances, leurs hypocrisie, leur médiocrité cachée. Ce chat sans nom (vous comprendrez pourquoi) est un peu l’enfant non désiré qu’était lui même l’auteur au début de sa vie. D’ailleurs, la présence de la mère de famille est aussi discrète que ce qu’elle a pu être chez l’auteur. Le livre est long, dense, riche en termes japonais expliqués en notes (il faut vraiment prendre le temps de les lire), ce qui fait qu’il doit être lu avec un minimum de concentration. Les dialogues sont longs, riches si l’on apprécie cette peinture de la société culturelle japonaise de l’époque qui sombre dans l’entre soi et le nombrilisme.

Le livre est présenté par un certain Jean Cholley, dans la collection Unesco/Gallimard et c’est à la fois une bénédiction et un problème. La longue préface aide à comprendre le contexte de l’écriture et l’auteur. Mais elle en dit aussi bien trop sur la suite du récit. Aussi , je conseillerai de la lire bien après. Ce professeur de Français à Nagoya et maître de conférence en Japonais à Lyon maîtrise son sujet, autant que les haïkus, semble-t-il. Il y a donc deux lectures à avoir dans ce livre : La lecture distrayante d’une chronique humoristique, et une lecture plus historique qui aide aussi à comprendre le japon d’aujourd’hui qui garde toujours une part de tradition.

Le livre fait 440 pages en édition papier, avec une typographie à revoir…Il est sans doute préférable de prendre la version ebook, d’autant qu’elle est beaucoup moins cher. Les chats ont inspiré bien d’autres auteurs japonais et occidentaux. Et là, je regarde les miens, en me demandant ce qu’ils pourraient bien écrire sur ma modeste personne. Peut-être quelque chose d’aussi mordant que ce livre….

Written on November 27, 2017
Categorie : litterature
Tags : 1900s,histoire,humour,japon,littérature,