Cinéma - The human Centipede de Tom Six (2009)

Mais que peut-il passer par la tête d’un réalisateur pour créer un film comme “The Human Centipede” ? Sans doute la même chose que ceux qui pratiquent les pires expériences sur des êtres vivants, diriez vous ? C’est en substance ce qu’il ressort des critiques que j’avais lu sur cet ovni cinématographique.

Je m’attendais à un petit film de série Z, mal filmé, mal ficelé misant sur quelques effets et une profusion d’hémoglobine. Sorti il y a maintenant 4 ans, il a été suivi par un autre “épisode” et un autre est en préparation. Après tout, le genre de l’horreur et du gore a accouché de séries bien pires, dont le succès fut souvent basé sur l’aura d’un premier épisode. Je me devais donc de découvrir, à jeun, ce qui promettait être un sommet du dégoût, ou du mauvais goût.

Et bien ce film prouve qu’il ne faut pas se fier à tout ce que l’on lit, surtout les critiques manquant de recul, voir de culture d’un genre assez ardu à appréhender. Je ne dirai pas non plus que c’est un chef d’oeuvre mais il y a matière à en discuter, étant donné le contenu polémique et subversif….. dont je n’ai volontairement pas dit mot. En effet, plus que l’histoire, c’est le but de l’avoir créé qui devient gênant. Car ce film en revient à un coté fascinant de l’humain, celui qui peut faire basculer une personne remarquablement intelligente et avec les meilleures intentions du monde, dans la folie la plus furieuse. Dans toutes les guerres, on en trouve des exemples. Ils avaient des métiers où ils aidaient des personnes, les soignaient, et d’un seul coup, ils sont devenus bourreaux, tortionnaires, assassins.

Ici c’est le même cas et entre un réalisateur en mal d’histoire à sensation forte et des acteurs qui campent avec une efficacité impressionnante des personnages que le mot malsain ne saurait décrire, il y a de quoi s’interroger. Et puis que dire alors du spectateur, de moi… ? Que recherche-t-on finalement en allant voir ce type de film. J’en reviens souvent aux expériences sur les animaux, qui sont pratiquées tous les jours, dans l’indifférence générale. The Human Centipede a finalement le courage de montrer une expérience que l’on qualifiera d’inhumaine : Celle de créer un “mille-pattes” avec des humains ! Mais Tom Six se concentre tant sur l’ambiance et la psychologie de son personnage principal (Extraordinaire Dieter Laser) , que le dégoût ne vient même plus d’une image d’un monstre créé de toute pièce, mais des monstres que nous recelons.

La photo froide, la musique minimaliste complètent le tout pour rendre l’ensemble efficace, même si assez loin des promesses horrifiques et gores. La conclusion impose pourtant un retour en arrière sur les motivations d’une telle oeuvre.

la video

Written on October 8, 2013
Categorie : cinema
Tags : horreur,cinema,2000s,film