Blog - Ecrire et réécrire

J’ai entrepris (enfin) de reprendre de vieux textes d’il y a presque 15 ans. Et de là, d’écrire à nouveau, ou de relire et réécrire. Mais se posent alors bien des questions

En les relisant, je retrouve ces moments particuliers de l’écriture, des moments très personnels, parfois liés à une musique. Ce sont des poèmes mais ils sonnent parfois comme des chansons et j’aimerai presque leur ajouter des images. Pourtant, pour la plupart, j’ai la sensation de ne plus “me reconnaître”. Les tournures de phrases me surprennent, autant que les sujets. Et je retrouve ce que j’aime dans l’écriture, c’est à dire faire ressortir ce qui est enfoui en soi. Dans ces moments de relecture, c’est parfois difficile de ne pas retenir une larme. Il y a des instants de souffrance, des choses intimes à mes yeux qui ne seront pas perçues de la même manière par un autre lecteur. J’ai souvent expérimenté cette différence et cette distance qui peut s’installer pour avoir des surprises. Les mots deviennent alors des lames à double tranchant.

A la relecture, le plus simple est de voir les fautes d’orthographe, de syntaxe, de ponctuation. Je n’ai d’ailleurs jamais été très fan de la ponctuation en poésie, laissant parfois la liberté au lecteur de la placer où il veut, comme un double sens à manier. Le plus dur est de revoir des choix de mots, parfois maladroits. Ils sont mal choisis dans leur sonorité et ça devient compliqué de changer cela sans rompre l’équilibre de l’édifice que constitue le texte. Mais ce sont aussi des sens peu pertinents qui emmènent sur de fausses pistes, si au moins j’ai emprunté la bonne à la relecture.

Mon autre problème avec tout cela est de savoir quoi en faire. Ils ont dormi parfois plus de 10 ans dans une succession de fichiers et brouillons. Je pourrais simplement les rajouter au fil de l’eau ici, mais j’ai peur de rompre un peu le style du blog qui déjà se divise en plusieurs blocs. Je pourrais le faire à travers un autre site, mais ça me saoule d’avoir encore un autre truc à gérer. Et puis sinon, je peux créer des fichiers en epub/pdf téléchargeables librement, en licence creative commons, que je mettrai en lien dans la rubrique Mes Créations. Le temps que je relise ces 200 textes, ça peut faire long, c’est sûr. Et en même temps, partir dans tous les sens, c’est tellement moi, et comme c’est “Chez Iceman”, je fais un peu ce que je veux, non? Comme je n’oblige personne à lire chaque article de mon flux RSS, si toi lecteur, tu trouves ça nase, tu zappes et on n’en parle plus. Ou au pire, tu me dis “non, mais t’arrêtes un peu avec tes merdes qui n’intéressent personne”. Et puis j’ai toujours aimé l’idée d’une pause contemplative dans un fil d’information. Il y en a déjà au moins une avec les photos. A bien y réfléchir c’est sur mon portfolio que ça collerait le mieux puisque la poésie suscite des images de l’esprit.

De la même manière, reprendre tout ça et mettre ça sur un vrai site à ma pogne me trotte sans arrêt dans la tête. ça me pousserait à un sacré boulot mais bon, j’arrête pas de tout casser depuis 15 ans et de reconstruire, avec moins de succès que d’autres, il est vrai. En général, c’est en Aout que je craque,donc vous voilà prévenu. Faut juste que je trouve le juste milieu entre un CMS pas très bien vu par Free, un CMS devenu usine à gaz (celui que vous lisez) et un CMS trop limité…. ou pas. Bref, je sens que je vais refaire du spip ou du dotclear, comme il y a …10-15 ans. Argh.

Et pour terminer en musique, je voulais mettre ce titre d’un chanteur qui me donne toujours envie de réécrire.

la video

Written on April 7, 2017
Categorie : reflexion
Tags : écriture,blog,poésie,Réflexion