Automobile - La fin du Diesel VW aux USA ?

Après le scandale Toyota Prius aux USA, j’avais dit à l’époque à quelques amis que le prochain à payer serait le groupe VW. Je n’avais pas envisagé ce scénario sur le diesel, tant le secret dévoilé est un secret de polichinelle.

Le contexte de l’automobile US est particulier. Le pétrole est au plus bas et donc on voit une augmentation des ventes des Trucks ( pick up et 4x4). VW, Audi et Porsche sont maintenant présents sur ce marché, le deuxième membre du groupe VAG y réalisant même 30% de ses ventes. Mais le fait marquant était que VW commençait à vendre des véhicules Diesel affichés comme moins polluants. Aucun autre constructeur n’avait encore tenté ce pari aux Etats-Unis. Annoncé comme probable leader mondial en 2016, VW se trouve en fait dans la même position que Toyota avant le scandale des Prius.

Le Précédent Toyota A l’époque, La Prius était la star de la basse consommation. Toyota allait de succès en succès, menaçant même la 2ème place de Ford sur le marché US. Soudainement, des problèmes ont été remontés à la NHTSA, touchant notamment le freinage, l’accélérateur , à cause de tapis. Il s’avèrera qu’aucune Prius au Japon ou ailleurs n’aura ce problème mais surtout que le problème était souvent du à des imprudences des conducteurs ou le positionnement anormal d’un tapis sous les pédales. Toyota a compris qu’un procès serait long et couteux, surtout pour son image. La société a payé une très lourde amende. GM a subi ce genre de désagrément l’année dernière, curieusement au changement de leadership dans l’entreprise, dirigée maintenant par une femme. Et aujourd’hui, VW annonce reconnaître sa faute, seulement 2 jours après que l’affaire sorte dans les journaux.

Quel est le problème ? Ce qui est reproché à VW est d’avoir triché sur les valeurs de consommation normalisées et pollution avec un système capable de détecter le cycle normalisé. L’indice qui a perdu Vw est le taux de NOx réel mesuré hors banc par des autorités californiennes après une première alerte. La Californie est l’état leader dans ce domaine. Pourtant tous les professionnels du secteur savent que cela est courant et même devenu la norme dans les calculateurs moteurs des véhicules. Toutefois, une étude européenne avait déjà montré que le groupe VW (Audi, Seat , Skoda, Lamborghini. Bugatti, Bentley) avait les plus grosses différences entre consommation normalisée et consommation réelle avec d’autres constructeurs allemands. VW et les constructeurs allemands avaient déjà fait le forcing pour aménager les normes d’émission de CO2 par quotas plutôt qu’au global. A force de tirer sur la corde, elle casse..

wltp

Pourquoi tricher ? Pour permettre une vraie comparaison des consommations et de la pollution, il faut un parcours commun du véhicule qui est matérialisé par un cycle normalisé. Il s’agit de représenter un fonctionnement réel. Mais évidemment, les constructeurs s’entendant entre eux pour le fixer, ils choisissent des critères favorables, comme par exemple une accélération très lente, des paliers à des vitesses favorables aux consommations et émissions polluantes. Le nouveau cycle WLTP, mis en place mondialement cette année (pour application 2017) devait améliorer la représentativité. Il le fait pour l’utilisation de la climatisation et d’autres équipements de bord mais il reste timide sur le reste. Et comme le précédent cycle, il reste parfaitement détectable par un calculateur qui peut alors mettre le moteur dans une configuration optimale pour ces conditions. Dans cette compétition où l’on cherche le moindre gramme de CO2, pour éviter de payer des amendes, la guerre est sans merci, parfois même en oubliant l’agrément de conduite au profit d’une consommation flatteuse. Mais, à part permettre à un organisme neutre d’analyser la programmation de ces calculateurs, il parait illusoire de voir disparaitre cette fonctionnalité.

Et maintenant… Faute avouée… à moitié pardonnée? VW n’avait pas d’autre choix que de payer. Ne pas avouer aurait permis aux autorités américaines d’aller fouiller dans ces systèmes et donc de dévoiler cela, y compris pour les autres constructeurs, qui n’ont pas forcément intérêt à cela. Payer tout de suite enterre vite l’affaire même si l’image sera écornée. Le gouvernement allemand demande des tests… pour faire bonne figure. Mais cela sera aussi vite oublié que les autres scandales. Durablement cela donne pourtant l’image d’une mafia des constructeurs automobiles qui punissent un des leurs lorsqu’il va trop loin. La carrière du Diesel aux USA paraît maintenant bien compromise et peut être même sur d’autres territoires où VW tentait une percée. Mais surtout, le prochain constructeur visé pourrait bien être un groupe coréen futur numéro 3 mondial. Les paris sont ouverts.

Written on September 21, 2015
Categorie : automobile
Tags : Automobile,industrie,pollution,tricherie,volkswagen,vw,wltp