Blog - Covid-19 et moi, épisode 10/?

Attention mesdames et messieurs, demain, on sort…Oui, enfin bon, pas tous quand même, surtout en même temps. Et déjà je me retourne sur 9 autres billets et ce que nous avons déjà vécu.

Parce que maintenant, il y a il a failli y avoir une police de la pensée, un ministère de l’information nouvelle version qui va nous indiquer ce qui est vrai ou pas. J’avais déjà prévenu du danger de ce genre de choses, il y a plus de 2 ans, c’est étrange. Il est alors particulièrement utile de garder des traces du passé, même récent, pour se souvenir, même des intentions. Il suffisait de voir et d’entendre la réécriture de cette période par Olivier Véran et son Doudou préféré. Les masques, mais on a toujours dit que c’était bien, voyons…Il y en a toujours eu assez. A se demander pourquoi des médecins, soignants sont morts en venant au secours des malades, pourquoi les anciens sont restés sans protection dans les maisons de retraite avec une surmortalité de plus de 100%. Je parlais dans le premier billet que je cherchais à me procurer des masques en février et je n’avais modestement qu’une information par un membre de la famille situé en Chine. Pendant ce temps, avec le niveau de stock qui était connu (et insuffisant), il aurait été possible de :

  • commander le besoin pour les soignants avec une marge de sécurité
  • organiser le flux pour la suite</li><li>déplacer les stocks au plus près des besoins futurs (les hôpitaux de moins en moins nombreux, et les communes dispoant de médecins)
  • prévoir les tissus, les réactifs des tests (déjà connus), les écouvillons…
  • prévoir des circuits de fabrication alternatifs et locaux
  • etc…

image

Avis de recherche, qui l’a vu en France ?

Bref, tous les scénarios qui auraient évité de voir tous les possesseurs de machine à coudre se mettre à fabriquer des masques artisanaux plus ou moins bien bricolés à partir de … fin Avril. Et là, miracle, la grand distribution se retrouve avec des millions de masques chirurgicaux, ceux-là même qui devaient être réquisitionnés par les soignants. Quand ont-ils été commandés? Comment sont-ils venus ? Où ont-ils été stockés ? Chacun annonce des chiffres dans une surenchère plus malsaine que rassurante, sans garantie de tenir l’objectif ou les délais puisque aujourd’hui l’estimation serait de 65 millions et pas les 500 promis, encore moins le milliard annoncé par le gouvernement il y a quelques semaines et qu’on a déjà oublié (mais où qu’il est l’Antonov ? ). Plus qu’une série de mensonges on touche là à un scandale d’état du niveau du sang contaminé avec en plus la complicité des groupes de la grande distribution (dont il faut reconnaître aussi la capacité à trouver des fournisseurs, ce que l’état seul ne sait faire). Et que dire quand les caissier.es étaient sous équipé.es au début de l’épidémie, ou les employés des drive ! Surtout que pendant ce temps, des couturières bossaient gratos pour combler les manques et ont interdiction aujourd’hui de vendre leur production si ce n’est pas certifié Afnor, chose assez hallucinante quand on connaît les processus d’auto-certification et la certification des productions chinoises vendues, ou même l’origine des masques “offerts” par les municipalités. Pour ma part, ce seront deux masques/personne faits par des associations locales à partir de dons de tissus ! L’ouverture des maternelles et crèches est déjà repoussée d’une semaine.

image

on en rêve….chez moi ça sera à partir du 12 mai dans des gymanses pour la distribution

A un moment, je me suis finalement demandé s’il n’y a pas quelque chose à voir avec cette vision très française de l’échec. ( voir l’article de Cyrille et la vidéo dedans) Et si nos gouvernants, parfaits produits de notre système éducatif, refusaient de parler de leurs erreurs et échecs parce qu’ils considèrent ça comme une faiblesse, alors que cela serait justement une force de montrer de l’humilité et du réalisme. Souvenez vous des dirigeants japonais qui demandaient pardon lors du tsunami qui détruisit la centrale de Fukushima. Ajoutons à cela la peur de représailles judiciaires et ils sont dans une paralysie totale pour trouver et appliquer autre chose que la mauvaise solution de départ. Ils sont toujours dans la solution “prendre un communiquant” plutôt que de renforcer l’aspect scientifique et technique en s’ouvrant à d’autres méthodologies, en capitalisant sur les retours d’expérience. Ils viennent de renforcer Sibeth N’Diaye par une ancienne de Havas pour gérer… le déconfinement ! Toutes les déclarations de Macron et ses sbires vont dans un sens de “c’est pas moi c’est les autres”, “c’est pas mieux ailleurs”, “on a fait le mieux que l’on pouvait”. Ils infantilisent (les masques que l’on ne sait pas mettre) leurs interlocuteurs mais répondent comme des enfants.

image

Ils nous disent que ce n’est pas mieux ailleurs ? Euh.. l’Espagne qui distribue des masques gratuitement (En France, il y avait autrefois une circulaire, ce qui n’est pas loi, pour cela quand il y avait du stock), L’Italie aussi, même la Grèce exsangue, la Pologne qui met des distributeurs (plutôt chers à 2 euros), l’Allemagne qui a déjà plus de tests par semaine que l’on peut en espérer, L’Autriche, la Nouvelle-Zélande, Israël qui ont agi plus tôt et mieux, les belges qui peuvent faire du Kayak (!), les Suédois naturellement plus respectueux et plus distants, avec un système de santé équipé derrière, les Sud-coréens qui ont respecté les décisions des médecins sans trop d’ingérence politique parce qu’il s avaient fait des erreurs politiques lors du SRAS… Ce n’est pas en continuant à se voiler la face, à fanfaronner et accuser les critiques d’être de mauvais français que l’on va pouvoir examiner ce qui n’a pas fonctionné, ce qu’il faut mettre en place pour retrouver un système de santé au moins au niveau de nos comparses européens les plus efficaces. Oui, j’ai un peu la haine parce que reconstruire sur des ruines est plus cher que juste réparer. Et contrairement à beaucoup, j’ai le sentiment que le plus dur n’est pas passé. Quand je vois déjà le relâchement opéré dans les supermarchés depuis 2 semaines, parce que port du masque, filtrage à l’entrée, caisses protégées…Une caisse sur deux, ça veut dire que les caissier.es restant sont où aux heures de pointe quand ça reprendra normalement ? J’entendais les employés de mon Carrefour (devenu trop fréquenté depuis 1 semaine) parler d’une petite prime mais aussi d’horaires augmentés dont on les prévient la veille. Là encore, nous sommes loin de 1000 euros annoncés pour faire bien.

image

Petite manigance entre amis…

Je considère déjà comme acquis que l’on va perdre énormément socialement avec des gouvernants dédiés à la finance et aux grands patrons (je fais une différence avec les artisans, les TPE…). Je vous laisse quand même imaginer le résultat d’une réforme des retraites par point avec un indice du point sur le niveau du PIB français, ou même sur l’inflation et les salaires moyens.. Il va aussi falloir s’habituer durablement aux files d’attente dans les magasins, à la régulation à l’entrée des lieux, à porter des masques mal foutus et pas assez respirants durant les mois d’été, à la buée sur les lunettes ou les laver à l’eau savonneuse. Parce que maintenant c’est la canicule qui arrive et si on peut sortir, c’est avec précaution. Ou alors on est reparti pour un tour. Vous vous souvenez, on nous promettait un virus sensible à la chaleur de l’été et une immunité. Même si les sud-coréens penchent pour des faux positifs sur les cas de non-immunité détectés, il n’y a pour l’instant aucune certitude de rien. Donc je continue un peu comme avant le 11 mai et je vais finalement me faire livrer des choses, faire quelques drives sur les plus performants de ceux-ci, organiser mes courses en décalé ou dans des lieux moins fréquentés, bref, changer par rapport à l’avant COVID ! Pour le boulot, on verra, ce n’est pas encore clair.

J’observe aussi cette perte de confiance en tout. On essaye de nous faire croire que tous les pays croient en leur gouvernants et que cela serait un mal français. Il y a du vrai car en France, plus que partout ailleurs, on a trouvé des champions du mensonge (et de l’arrogance, mais ça c’est une tradition nationale) ces derniers mois avec des revirements au jour le jour et du mensonge qui serait fait pour nous protéger. Jouer carte sur table en disant que nous n’avons pas ce qui était prévu aurait-il été mauvais ? Le résultat est que même quand les mesures sont bonnes, nous n’y croyons plus. Au passage, l’application StopCovid s’annonce bien comme le fiasco prévisible, dixit cette première version en test. J’ai même ri devant un Cedric ‘O (secrétaire d’état au numérique, pardon… au digitaleeuh comme ils disent dans son microcosme) qui trouve qu’Apple est méchant avec lui… A ne plus croire aux gouvernants, cela favorise la théorie du complot, de tous les complots. C’est un préalable à beaucoup d’embrigadements, pas seulement sectaires. Le Pr Raoult est devenu encore plus mégalomane que par le passé, rejoignant d’autres éminents professeurs dans leurs délires pseudo-scientifiques qui mélangent le climato-scepticisme avec de la politique. dérive du pouvoir ? Aux USA, les liens entres les responsables épidémiologiques et un ou deux laboratoires commencent à apparaître aussi. Les articles scientifiques se basent sur des présomptions de corrélations et plus sur des faits reproductibles, en attendant de vrais rapports. On justifie tout par le manque de temps et même l’éthique (sic). Le religieux est de retour politiquement et on fait même des ronds de jambes devant les tribuns fascistes de la pire espèce pour de petits faits divers isolés. J’ai cette impression de rentrer dans une période d’obscurantisme qui historiquement n’a jamais donné rien de bon. Cassandre, sort de ce corps !

Heureusement, j’ai beaucoup lu pendant cette période, des livres, des BD, … De toutes sortes même si curieusement des thèmes sont ressortis : Post-apocalyptique, Dystopie, Confinement, Vieillesse. Tout ça fut enrichissant, à défaut de m’inspirer pour mes propres écrits que j’ai du mal à terminer. J’ai plus lu de romans que de BD, d’ailleurs, comme si j’avais un problème pour me concentrer sur les images plutôt que sur les mots. Je me garde peut-être les meilleures pour après, inconsciemment. Il y a eu du bon, du très bon, du très mauvais. Les deux premiers cas, vous les verrez bientôt dans les articles “culture” à venir alors que pour les derniers, au mieux, j’en parle sur le mammouth et le zozio qui l’accompagne. Et comme j’ai lu, j’ai moins dessiné et écrit, sans savoir vraiment pourquoi. J’ai remarqué que beaucoup de “créateurs” avaient pour l’instant été moins productifs. Bon, il y a cette série d’article dont celui-ci n’est pas le dernier. Mais on a plus facilement parlé de soi que créé autre chose, un imaginaire pour se sortir du confinement. La pile d’articles programmés n’a pas baissé, c’est sûr.

Et puis les deux dernières semaines m’ont mis à genou avec mon vieux chat que nous devons veiller, soigner, accompagner. Respiration difficile, comme un …malade du COVID, du mal à manger à cause de cette inflammation de la gorge, à moins que cela soit? …. Il faut tout lui mixer comme un vieux. On angoisse sur une nouvelle attaque due au manque d’oxygène. Au moins a-t-il récupéré de son AVC. Il y a des hauts, des bas mais nous y perdons le sommeil et avec ça, cela crée des tensions bien humaines. Il faut tout le recul et la compréhension de chacun pour oublier les mots malheureux. Une épreuve de plus mais comme je disais, il y en a encore à attendre dans la vie quotidienne qui va s’organiser et s’architecturer autrement. Mon organisation de travail avec mon fameux petit carnet a été un temps mise à mal avant de retrouver son utilité. J’avais presqu’oublié le plan du roman feuilleton, les détails de certains personnages. Il y aura des relectures. Il faut vraiment garder les bonnes habitudes, chasser les mauvaises.

J’aimerai bien qu’on me laisse choisir plus librement le télé-travail (avant c’était 25 à 30 jours dans l’année) car je ne vois clairement pas l’intérêt de venir 5 jours pour mon activité, sinon pour être plus contaminé, particulièrement en ce moment où cela va redémarrer par étape, avec des collègues encore en arrêt maladie. Mais il faut rappeler que le télétravail qui a été fait n’en était pas : L’employeur doit fournir le terminal nécessaire, voire participer aux frais de connexion s’il n’y a rien, ne pas dériver sur les horaires. Tout ce qui n’a pas été fait, notamment dans l’éducation nationale et dans beaucoup de petites sociétés qui n’avaient rien prévues. C’est un coût de prévoir des PC portables pour chacun, de mettre en place un VPN, de former les gens à cela. Et évidemment, avec la crise actuelle, ce coût va être difficile à absorber. J’ai déjà penser à des aménagements chez moi pour plus d’efficacité. Parce que entre le boulot, les papiers habituels, les ordonnances de vétérinaires, la gestion des stocks minimaux dont les médicaments, ça commence à demander une petite organisation pour ne rien oublier.

Pendant un mois, j’ai construit patiemment le nouveau blog de backup, sans vraiment savoir comment j’allais synchroniser tout ça. Un article est déjà prévu et écrit pour expliquer le but et la démarche. Mais cela m’a permis de relire 1275 articles depuis les origines en 2005-2006 (les dates ont été parfois modifiées et j’ai perdu quelques uns de mes premiers articles). J’ai vu l’évolution du style, du contenu, des thèmes. Je me suis souvenu de rencontres, d’amitiés fugaces ou malvenues parfois. J’ai vu des manques, des erreurs. J’ai revu quelques tags, catégories et pour l’instant la présentation n’est pas figée. J’ai d’ailleurs regardé pour celle de ce blog sans trouver de nouveauté intéressante. On ne va toujours pas dans le sens de la simplification que je voudrais.

image

A park at light de Jozsef Rippl-Ronai

D’ailleurs, c’est l’objet de beaucoup de débats sur le forum de Cyrille, autour de la dernière Ubuntu et sa dramatique consommation de mémoire, autour de l’éternelle surconsommation de Firefox dont on promet toujours que la version d’après sera meilleure. Je crois que c’est un divorce définitif (là encore j’y reviendrais). J’ai déjà parlé de l’embonpoint des sites mais il y a vraiment un problème dans les nouveaux standards du web. En revoyant le blog, j’ai regardé le code des pages et c’est devenu catastrophique avec gutenberg. D’un côté on a voulu favoriser la mise en forme avec les blocs et de l’autre on crée des trucs innommables en terme de structure de code. Je suis content de revenir aux basiques, à du pur markdown avec un peu de HTML dedans, même si je suis à contre-courant. En fait j’ai l’impression que le web se scinde de plus en plus avec d’un côté des hurluberlus comme moi qui reviennent aux choses simples, souvent plutôt des libristes, et de l’autre ceux qui veulent de la nouveauté, du clinquant, de l’animé. Autant dire que la simplicité et le Linux Desktop, c’est mort pour un moment. Je vais finir par faire du Archlinux à cette allure. C’est le beau-frère qui va être content…avec ses gentoo, et autres distribs hardcore orientées “from scratch”. Là aussi on revient aux origines.

Enfin nous n’en sommes pas là. Nous sommes dans cette phase transitoire, pleine d’inconnus. Je ne sais même pas si l’épisode 11 de cette série sera dans une, deux ou quatre semaines. Le blog a gagné de l’audience, plus même que par le passé… et perdu des likes, dans cette période. Allez comprendre…Je ne sais même pas encore si toutes les choses planifiées pour mon année de travail vont rester ou être décalées de 3 mois. Je suis encore au chomage partiel à 50% pour 3 semaines. Je ne sais même pas s’il y aura des congés cet été, parce que malgré des accords, tout peut-être remis en cause avec des résultats commerciaux qui seront forcément mauvais. Quelque part, j’ai bien fait de ne pas être trop spécialisé dans l’automobile mais de revenir à des choses plus généralistes, applicables même à la santé ou l’agro-alimentaire. Encore que la santé, ça ne va pas aller en s’arrangeant quand j’entends déjà des justifications budgétaires pour tout. Les ARS et autres organismes de régulation sont toujours peuplés de gestionnaires et pas de médecins, sinon des médecins élevés à la mode économie d’entreprise. J’en sais quelque chose, j’en ai dans la famille (le reste étant parti dans la recherche plutôt que le terrain). Cette période de doute pourrait être déprimante, je la veux stimulante.

On va quand même terminer en dansant avec Britney et sa fin du monde. Parce que même sur des cendres, on peut bouger encore son corps, au moins chez soi. Ces deux mois n’ont pas particulièrement pesé sur mon moral et les accidents de la vie seraient arrivés de toute manière. Mais plus que jamais, il va falloir être prudent, précautionneux, attentif surtout. Que cela soit pour ses proches, comme pour tout ce que l’on va pouvoir faire passer comme ignominie. J’ai aussi passé du temps à regarder du beau, avec ce que les grands musées ont proposé dans le monde à travers les réseaux sociaux. Je veux plutôt garder cela à l’esprit, pouvoir retrouver le meilleur et faire pour, plutôt que contre… contre les autres, les miens, contre nous.

la video

Written on May 10, 2020
Categorie : reflexion
Tags : confinement,covid19,reflexion,blog