Blog - Covid-19 et moi, épisode 6/?

J’ai donc terminé ma première semaine de chômage partiel sans vraiment réaliser ce qu’il se passe et surtout ce qu’il se passera. L’avenir, c’est parler dé-confinement pour beaucoup, comme un espoir, espoir encore déçu. Et pourtant nous sommes pour la plupart dans des cages dorées.

Pour la plupart, ça ne veut pas dire tout le monde. Surtout qu’une grande partie de la planète semble confinée ou restreinte dans ses mouvements, dans des cages moins dorées. La plupart, c’est surtout pour des pays comme le nôtre car je pense, non sans angoisse, à nos compatriotes éloignées, dans des îles et territoires bien français qui paraissent paradisiaques pour des vacances mais qui n’ont pas ou plus le système de santé nécessaire pour une telle crise. Se souvient-on qu’il y a un hôpital qui a été détruit en 2017 en Guadeloupe ? Se souvient-on que Mayotte est française, tout comme la Guyane ? Et puis, pour sortir de la France, que dire de Haïti au bord de l’implosion déjà avant cette crise. Je pense à ces pays qui ne sont pas dans nos radars médiatiques mais pourraient subir avec un effet retard toute la crise à la fois sanitaire et économique qui se prépare. Cage dorée aussi pour nous qui avons de l’espace vital, contrairement à des concitoyens que l’on considère comme punis dans des cellules, sans autre écran qu’une télévision dans une vraie promiscuité. Ces événements devraient nous amener à relativiser notre sort mais j’entends pourtant l’inverse. Et puis surtout, je pense aux animaux que l’on enferme, par distraction, par cupidité, par volonté de tuer ou d’exploiter. Nous avons encore bien plus de chance qu’eux, aujourd’hui.

Relativiser, ce n’est pourtant pas admettre tout. Ce n’est pas cesser les protestations et surtout ne pas avoir la mémoire courte. Au contraire, ce moment devrait-être propice à la réflexion, à l’analyse. Mais relativiser c’est se dire que tout le monde n’a certainement pas le même niveau d’information, de recul vis à vis des messages. Je vois, moi, les grosse ficelles de communication pour faire admettre l’inadmissible, pour préparer une sortie qui continuera la même ruine, ou pire. Là il y a eu une gradation de la communication sur les outils de pistage/tracking volontaires ou pas. J’ai même entendu le “gentil” Mounir Mahjoubi noyer le poisson en étant totalement imprécis sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire. Le courage politique, le comportement en temps de crise, c’est là qu’on le voit, avec cette peur palpable des conséquences pénales. On a peu parlé aussi du zelé directeur de l’ARS grand-est, gentil fonctionnaire ex du cabinet de Marisol Touraine (tiens, comme un certain Griveaux), qui confirme en ce moment des suppressions de postes des le CHU de Nancy. Olivier Veran s’est empressé de dire qu’il faudrait revoir les dogmes… comm?! Bon finalement, ça a dû se savoir du côté des soignants, il a été viré pour l’exemple. On parle peu des petits rapports pour continuer les économies après, parce que cette crise creuse la dette, forcément, donc les raisons seront toujours là pour sabrer encore. Je donne ma main à couper que l’on s’attaquera encore à l’assurance chômage, en prenant pour raison une augmentation subite du nombre de chômeurs, une baisse des recettes des cotisations patronales, etc…Le MEDEF y travaille déjà (et l’empressement à la réouverture des écoles est un signe d’inféodation). Idem pour l’école qui n’en sortira pas grandie et ira un peu plus vers sa privatisation. D’ailleurs on ne parle plus vraiment de l’école privée, de ce qu’elle apporterait en mieux !

Je n’ai même pas envie de faire de publicité aux Cassandres de la gauche de la gauche qui hurlaient depuis des années sur ce qui risquait d’arriver. Je ne saurais dire s’ils feraient mieux, mais ils n’auraient pas fait pire pour ce qui est de l’humain. Et pourtant en ce moment, j’ai l’impression que toute la communication est phagocytée par l’appareil d’état et ses sbires. Il n’y en a que pour le Covid-19 made in France et au mieux chez nos voisins proches (la Grèce, c’est loin). Aucun recul par rapport au point d’évolution de l’épidémie quand justement le Japon subit une deuxième vague qui battra peut-être en brèche les conclusions d’aujourd’hui. Alors que dire de l’Allemagne, la Suisse, la Belgique, l’Espagne. Sinon qu’il n’y a eu que peu de solidarité car quand tout le monde est dans la même merde, chacun se révèle et joue sa carte. Je me souviendrai que l’on a volé des masques aux suédois. Que les tchèques ont volé les italiens et que comme d’habitude les USA ont voulu tout rafler avant les autres. C’était bien l’Europe inhumaine que j’avais lue entre les lignes d’un traité de 1992. Pas de surprise pour moi dans ce monde qui veut toujours croître en piétinant l’autre.

Alors mon chômage partiel, mes vacances perdues ? Bof, je suis vivant après tout. Je perds un peu d’argent mais j’ai de la famille aux USA qui n’aura peut-être plus du tout de boulot, voire pire. Je ne puis le dire, le prédire. Ce moment nous renvoie à la fragilité de la vie .. J’y avais été préparé il y a quelques mois en perdant mon père, si vite et j’y vois même aujourd’hui une bénédiction. Il y a une semaine un collègue a perdu 3 membre de sa famille en 2 mois de temps. Parmi eux, ses parents, partis le même jour du Covid-19, sans pouvoir leur dire au revoir. Non, nous ne sommes pas invincible avec tous nos médicaments, et j’en sais particulièrement quelque chose avec Madame que l’on n’arrive pas à soigner, ni même clairement diagnostiquer (le doute persiste). Notre système de santé est ainsi fait maintenant qu’il est difficile de faire de multiples consultations pour un problème insoluble. J’ai déjà parlé de l’arrogance de beaucoup de médecins envers leurs collègues de des laboratoires d’analyse bio-médicale. Il y en a toujours l’illustration en écoutant tous ces intervenants donneurs de leçon aujourd’hui, fossoyeurs zélés du système hier. Non, pas tous dans le même panier mais il convient d’être modeste. Ce moment devrait nous donner plus d’humilité.

image

Early Sunday Morning - Edward Hopper

Et puis j’avoue avoir un petit plaisir avec ce confinement. C’est un peu la revanche des casaniers solitaires, comme moi, comme madame, ceux qu’on jugeait associaux…. Non pas que je n’aime pas me promener, voyager mais je n’ai aucun problème à rester chez moi, à rester seul par moment, parce que je me trouve toujours des choses à faire. En tout cas je ne fais pas partie du lobby des joggeurs qui avaient obtenu cette aberration d’une heure de sport. L’évolution vers l’interdiction 10-19H a même l’effet inverse puisqu’on con… centre la population sur le même endroit dans une période plus courte. Enfin bon…Le Covid attaque visiblement le cerveau des dirigeants, sournoisement. S’occuper ? Il y avait déjà toutes les choses que je m’étais donné à faire mais plus on creuse, plus on trouve. Je vois par exemple mon collègue blogueur Anatole qui trouve sans arrêt de nouvelles idées de bricolage. Plus loin ce seront des personnes qui trouvent l’occasion de valoriser leur travail de petite main en créant de l’utile pour le collectif. C’est aussi au cœur de mes préoccupations de l’après, d’ailleurs. Enfin si le temps et les moyens le permettent aussi. Je n’ai plus vraiment de place pour “bricoler” un PC desktop. J’ai déjà prévu le réamménagement pour ça. Si j’ai aussi pris le temps de revoir quelques “risques” personnels dans cette période, j’ai aussi regardé ce qu’il en est autour de moi. Je n’ai pas forcément la bonne vision des choses pour ce qui est du besoin pour les scolaires, n’ayant pas de lien local avec ce milieu. Mais je lisais avec attention les billets de Cyrille et les posts de son forum sur ce sujet, où l’on note que même les plus aisés ont aussi un déficit d’outils “sérieux” pour travailler dans cette période.

C’est clairement un révélateur, justement. C’est déjà un révélateur des personnalités, comme le fut l’occupation durant la seconde guerre mondiale. Des gens qui jettent des infirmiers hors de chez eux, qui balancent des lettres farçon corbeau, qui fracturent des voitures de soignants, qui volent dans des hôpitaux. Des gens qui font des actions mais en même temps se font de la pub parce que ça servira plus tard. Des offres gratuites, des diffusions en clair mais qui restent de vraies offres de promotion et de publicité. Et puis ceux qui triment, ceux qui aident, … ou ceux qui attendent, préparent l’après. Je ne parle évidemment pas des entreprises qui préparent aussi l’après. Bien qu’ on puisse se réjouir un petit peu que Scaleway, la filiale de Iliad/free mette des moyens pour bâtir des instances d’outils libres comme nextcloud, peertube, jitsi à destination des académies. Je pense aussi que c’est pour rafler un marché derrière mais bon, si ça fait avancer. C’est parfois du bricolage mal dimensionné mais ça sert de retour d’expérience. Autres initiatives aussi du côté de certains salons qui tentent des expériences virtuelles comme le relate l’ami Alias. Des expériences donc des occasions de se planter, de réussir, de reprendre des projets abandonnés, de fédérer à nouveau.

Le moment est aussi révélateur des mauvais traits de chacun, de choses parfois refoulées. Il y a une tension palpable, un énervement général. Gilles parlait dans un commentaire de la tentation de l’extrême. Je l’observe chez quelques personnes, sur le net, dans l’entourage proche. La prise de conscience est parfois rapide et ça peut se finir en plates excuses. Pour d’autres, le pli est pris, plus durablement. C’est un choc, un traumatisme, un vrai, qui laisse des traces. C’est réaliser que notre petit monde de rêve n’était qu’une illusion. Certains seront prêt à tout pour le reconstruire, d’autres, au contraire voudront le changer en mieux, plus collectivement. Je ne vis jamais dans le passé et j’ai déjà parlé des regrets et étonnements d’avoir ressenti cette dérive d’une société prospère vers ce que nous sommes, vers notre autodestruction. Je me dis que cet énervement, pris au global, aura des conséquences imprévisibles. Et pourtant, ça ne m’angoisse pas. L’angoisse vient souvent de ce que l’on veut trop conserver, pas de ce que l’on projette de mieux. Le mieux, c’est s’assurer de prévoir les risques, les échecs et comme “gouverner c’est prévoir”, c’est un peu se gouverner. Comme le bateau en pleine tempête, c’est rester à la barre, savoir que l’on a ce qu’il faut, le nécessaire, que l’on saura se démerder seul, si c’est le cas. Et ensuite, voir le soleil sur une mer calme.

Pour l’instant, la prochaine tempête, c’est le déconfinement. Je m’attends à du grand n’importe quoi, des fêtes, des excès. Je regarde aussi les idées fumeuses de nos dirigeants. Alors que depuis 4 semaines, nous aurions pu commander des tests fiables (oups ca n’existe pas vraiment… surtout parce qu’on ne maîtrise pas la mise en oeuvre ) pour avoir une cartographie statistique des malades on s’oriente vers un test sérologique qui va définir ceux qui ont les anticorps, et un grand flou pour les autres tests. Le test est à une hypothèse de fiabilité de 90 à 95%. Mais le reste de la population est soit un porteur sain non immunisé, soit malade, soit ni immunisé, ni malade, mais en risque de l’être. Et encore l’immunité est remise en cause en Corée du sud, un des premiers pays touché, ce que confirme l’OMS depuis. Bref, les bons élèves, ceux qui ont tout bien respecté seraient alors les potentielles victimes. On parle aussi de se déclarer dans une application, sur base de volontariat. Mais déclarer quoi, puisque l’on ne sait pas tester. Je parlais d’humilité, et justement il faut dire aussi que le test n’est pas fiable non plus. Le virus, semble dans beaucoup de cas se “masquer” dans certaines phases et revenir violemment. Croit-on aussi qu’une personne modérément malade n’aura pas peur de se déclarer par peur de la stigmatisation ? Si on ajoute que les masques commandés sont prévus disponibles en nombre fin Juin au mieux (mediapart pense plutôt à l’année prochaine), que l’on interdit la vente aux particuliers, il y a un sentiment de “débâcle de 40” qui plane. Beaucoup d’inconnus encore et également sur la progression en “escalier” de la maladie, qui laisse penser qu’il y a des trous dans la…raquette filtrante.

Plus personnellement, j’entreprend un basculement de ce blog en backup…C’est long, c’est fastidieux, quoique je trouve des automatismes (Notepad++ est juste parfait pour ça, mais que sur Windows mais Geany fait le job sur ma debian). Mais pourquoi en markdown quand j’ai un gros XML? Défi perso…épurer le code et l’homogénéiser. Militer pour une simplicité du web, du code simple et rapide, c’est s’appliquer ça à soi même. Une prévision boulot de 6 mois en temps masqué. ..relire, se critiquer, ranger mais je sens que j’aurai bouclé ça avant. J’en reparlerai dans un article dédié parce que c’était aussi dans le but de voir ce qu’il est aujourd’hui facile de faire en hébergement, en création de site statique, en suppression des CMS mal foutus pour revenir au texte brut. Je n’étais pas attiré par Wix, et j’ai clôturé mon compte Medium et Wordpress devient quand même trop gros (quoique pas tant que ça). J’ai par contre envie de me remettre à écrire en anglais, parce que j’ai l’impression de perdre à force de moins pratiquer. Je ne sais pas encore ce que je pourrais en faire, et où le faire. Je vais déjà voir pour partager les modifications que j’ai faites en “forkant” un projet, des choses très basiques, je l’avoue. Je ne suis pas un codeur, juste un vrai-faux noob un peu organisé.

Tout cela n’est finalement que dans le temps long. Le plus urgent, comme dit Lou Gramm plus bas dans l’article, c’est de répondre aux besoins immédiats. Aujourd’hui, on prend tout ce qui fonctionne, on part dans tous les sens. J’ai parlé des besoins de communication avec la téléconférence…On a aussi du partage de “bureau”, via des outils propriétaires peu regardant sur nos données comme Zoom, Discord et même Teams. Pour ma part, dans mon métier, Teams est totalement absent malgré sa disponibilité, tout comme Sharepoint qui fait doublon avec une ancienne solution interne. On en reste à des OneNote, soit encore une palanquée d’outils Microsoft qui peuvent très bien disparaître du jour au lendemain. Un peu comme nous. L’immédiat c’est donc d’arriver à former à ce que l’on a à distance, souvent par le bon vieux téléphone. J’ai galéré pour faire comprendre comment partager son bureau windows par Skype entreprise, comment donner la main. Mais j’ai réussi. Nous n’avons pas tous les mêmes perceptions, habitudes. Le but, c’est de se sortir de cette marée noire (ndr: j’ai beaucoup de métaphores marines ces temps ci…un manque ? )

Avec un peu de recul sur ces dernières semaines, j’ai le sentiment d’avoir basculé dans une autre routine après avoir fait une transition. L’urgence est pourtant encore là.

la video

Written on April 15, 2020
Categorie : reflexion
Tags : conformisme,covid-19,Réflexion,santé,société,sociologie,surveillance