BD - Les Bidochon 4 - Maison, sucrée maison de Binet (1983)

Dans la longue histoire de ce duo créé par Binet, celui consacré à l’accession à la propriété individuelle est un des meilleurs.

Jusqu’ici, les Bidochon vivaient quelque part dans un HLM. Mais comme tout le monde, ils rêvent d’avoir leur propre maison, de pouvoir cultiver un petit jardin et s’allonger sur une chaise longue. Les voilà d’abord en quête de la maison idéale, avant de craquer et de faire enfin construire. On se retrouve ainsi dans les salons d’exposition, avec des escrocs et puis dans la maison préfabriquée, alors si à la mode dans les années 70-80. Le titre de l’album (home sweet home en français) donne forcément le ton de tout l’album.

On sent le vécu dans cet album… J’ai retrouvé les souvenirs des visites des maisons témoins avec les “prospectus”, les vendeurs et leurs boniments. Et puis vient le chantier, l’angoisse de l’avancée des travaux, les ouvriers qui ne comprennent pas tout de nos demandes et attendent les ordres du chef de chantier que l’on ne joint jamais. Il y a aussi la quête du terrain, les lotissements, les prospectives sur ce que deviendra ce champ désert dans un coin paumé. Enfin, il y a les plans, le placement des meubles, les disputes. On s’identifie forcément et comme d’habitude, les spécialistes ne sont pas ceux que l’on pense.

Robert est toujours le beauf en puissance, rustre et goujat, lâche et heureusement que Raymonde est là pour sauver les situations. Elle est toujours trop effacée et n’arrive pas à s’imposer malgré ses connaissances. Le dessin reste typique de Binet, en noir et blanc avec des traits très noirs lors des colères de son héros. C’est caricatutal à souhait et c’est ce que j’aime dans les Bidochon. L’accession à la propriété restait un rêve pour la classe moyenne dans ces trentes glorieuses qui se finissaient. Et pourtant, l’album n’a pas tant vieilli que cela. On trouve toujours des maisons témoins et des vendeurs prêts à tout, des malfaçons sur les chantiers. Je pense même que Binet aurait pu en faire deux albums…Mais il faut respecter le “48pages” habituel. Un classique.

Written on February 14, 2019
Categorie : bd
Tags : 1980s,bd,humour,LittératureetBD,société