Musique - Ärsenik – Quelques gouttes suffisent (1998)

C’est un des albums cultes du rap français, à l’époque où il y avait un message, du texte, de la punchline comme on n’en fait plus…

Ärsenik, c’est un duo, celui de deux frères de Villiers le bel : Lino et Calbo. Ils sont aussi membres du collectif Secteur Ä, celui des Passi, des Stomy Bugsy, des Doc Gyneco, et autres membres du Ministère A.M.E.R… Le Val d’oise est dans la place ! C’est le collectif phare des années 90, pour Paris, quand IAM représentait le sud et que NTM avait défriché le terrain quelques années plus tôt. Il y a bien eu d’autres membres à ärsenik mais ce qui reste, c’est une pochette avec deux frangins….Enfin surtout un pour la carrière solo ensuite, même si Calbo a tardé à en sortir un.

cover

Mais revenons à cet album qui a une place au panthéon du rap français. C’est leur premier et ils jettent toute leur énergie dans ces 16 titres….Je devrais dire un peu moins car il y a des transitions. On retrouve évidemment des featuring avec les participations de Passi, des Neg’marrons, de Doc Gyneco, Assia et d’autres que la postérité a un peu oublié depuis (MC Janik, Armaguédon). Il y a à cette époque cette mode de prendre des samples de musique classique et ça fonctionne particulièrement bien ici. On a donc du Bach sur « Boxe avec les mots » et du Elliot Goldenthal sur « Chrysanthèmes ». Sinon on a les habituels samples de musique funk et soul… Mais ce qui frappe avec Ärsenik, c’est le flow, le phrasé, la qualité du texte qui fait mouche !

Ca commence fort dès l’intro : « On sait qu’un gars à la hauteur c’est rare comme une pute à son compte ». « Boxe avec les mots » dégage vraiment cette puissance de l’époque : « J’mâche plus mes mots, je lâche des bombes à chaque fois, sache, Que l’heure H est proche, tâche d’avertir tes proches avant le clash » . « La résistance est prête au micro, j’deviens MC à métaux ». … il y a longtemps qu’on ne boxe plus avec les seuls mots. et ärsenik est visionnaire : « Si le rap part en couille, je lui prête mes boules ». Ok ce n’est pas gai et tellement symbolique de l’époque : « La crise a consumé le ghetto et ses rejetons ». Villiers-le-bel, avant même les émeutes. L’ère du sexe, du pouvoir et des biftons…Le rap en est friand mais finalement la société aussi. Le titre est d’une efficacité implacable. Idem pour « Jour 2 tonnerre » et ça claque comme des bastos :

Batailles rangées, racailles contre flicaille enragée Représailles, rafales de dragées, charger à bloc les Glocks ou s’engager

Le titre éponyme reste dans cette veine avec un flot qui use des mots qui percutent : « Claque les bloddclot, mate le beat, l’éclate à coups de lattes ». L’inspiration est aussi très east-coast. C’est un rap sombre, c’est vrai, très gangsta dans son environnement. « Chrysanthèmes » ne fait aucun doute. « Pour tous le même sort, le diable est ravi, Ça tient à rien la vie, ça tient à rien la vie, Ça tient à rien ». Visionnaire…non un témoignage car même quelques années avant c’était comme ça dans des quartiers du 95, du 93…Spéciale dédicace au RN : « Embarque un maximum de haine pour les émules de Jeanne d’Arc » et déjà la violence de certains flics, la religion utilisé. Les paroles restent d’actualités hélas.

Ils m’appellent dealer de crack, braqueur de banques Le black, l’arracheur de sac en manque,Le mac, le fiché à la Bac Le sale macaque qui veut des bleus à black

La rue t’observe ? Et ärsenik observe parfaitement la rue. « J’sais d’où j’viens, j’sais d’qui j’tiens Pourquoi j’viens foutre la de-mer dans tes patelins ». Le rap mettait alors en avant les paroles, un flot, sans artifices, sans correction électroniques à deux balles …Il fallait assurer en live, il fallait un flow qui claque, des punchlines qui s’enfilaient comme des perles. Si on peut dire que le style n’est plus actuel, l’album n’a pas vieilli, preuve de sa qualité incontestable.

La carrière du groupe est finalement assez courte….Et celle de Lino ne comprend officiellement que deux albums solo. Le dernier date de 2015 et sans atteindre les sommets du passé, reste particulièrement efficace de par ses textes. Le rythme n’est plus vraiment le même mais à 40 ans passés, il parle aussi à une autre génération. Il n’y a peut-être plus de rap français, il y a … des raps français. (si toutefois on considère que ce n’est pas un rap varietoche qui a pris la main, le texte restant dans les poches).

la video

Written on November 3, 2020
Categorie : musique
Tags : 1990s,hiphop,Musique,rap