Jeu Mobile - Alto, ses aventures et son odyssée (2015-2018)

Il y a quelques années, en d’autres cieux, j’avais parlé d’ Alto’s adventure, un jeu mobile qui, partant d’un principe classique, était sorti du lot par sa réalisation. La suite est sortie fin Juillet.

Le principe est un jeu de running mélangé à de la plateforme. Le joueur doit juste exécuter des sauts pour passer des obstacles pendant que le personnage court. C’est ainsi qu’il passe sur des plateformes. Ici, il s’agit d’un snowboarder donc au lieu de courir, il dévale des pentes enneigées. Cela se passait dans les Andes dans le premier. le challenge consistait à la fois à améliorer son score en achetant des équipements et en accédant à d’autres personnages. Pour accéder aux personnages, il fallait réaliser 3 challenges par niveau de difficulté et tous les dix niveaux on avait un nouveau personnage. J’avais atteint le dernier personnage mais pas le dernier niveau, ce qui me fait dire que le jeu était assez facile d’accès. Il a été parmi les meilleurs jeux de l’année 2015 !

la video

Dans ce nouvel opus baptisé Odyssey, finie la neige, bonjour le sable. Oui, on peut surfer sur le sable. Qui dit suite, dit plus de tout, donc plus d’environnements différents, plus de tricks, figures, plus de pièges, plus de musique. On a donc des tornades, des cascades, des bassins, des ponts de corde, des murs, des temples, des … lémuriens (oui, on a peu de lamas dans ces coins). Et puis on a un mode “Zen” dans lequel on ne fait que rider sans ennemis, sans challenge. Ca ressemble presque à un mode entrainement. Globalement, la mécanique reste la même et avec les nouvelles possibilités, on a une infinité de choix pour scorer puisque c’est un jeu de scoring. C’est plus beau que le premier dans un style cellshading avec dégradés et couleurs. On a toujours des niveaux aléatoires ce qui évite d’avoir de la répétition. On a toujours un excellent level design qui fait qu’on ne reste pas coincé trop longtemps par des obstacles impossibles. Il faut un excellent timing pour passer certains ravins mais les challenges nous poussent à l’exploit.

capture

Aujourd’hui, j’en suis là…

Niveau difficulté, plus on joue, plus on gagne de pièces, plus elles permettent de débloquer les challenges les plus difficiles. Cela rend bien service mais on atteint vite les niveaux supérieurs. En à peine deux jours, j’avait fait la moitié. On a aussi la possibilité de faire un “Continue” après une chute en regardant une vidéo ou en payant. Evidemment, la vidéo, c’est une publicité, principe bien connu dans le freemium. On a aussi des publicités entre les sessions. Mais le plus dommageable, c’est que pour “sauvegarder” réellement son score (en cas de réinstallation du jeu), on demande d’avoir accès à l’agenda et aux sms dans les permissions, en plus de passer par les services google play jeux. Je vous rassure, on peut très bien jouer sans, et jouer en offline (dans ce cas, pas de continue). Je trouve aussi le jeu gourmand en RAM, même s’il faut reconnaître la qualité des scrolling paralaxes, la fluidité et la rapidité de l’animation.

Ces deux jeux restent tout à fait recommandables et conviennent parfaitement au format mobile avec des sessions courtes. Sur iOS, le jeu est payant (moins de 5 euros je crois) alors qu’il est en freemium sur Android avec les conséquences que je regrette. C’est un jeu qui pousse à challenger les ami(e)s en plus de passer les niveaux. Nous voilà reparti pour 3 ans donc mais je crois qu’ils devraient s’arrêter là pour ne pas sombrer dans le ridicule de certains oiseaux ou de certaines plantes…

Written on August 20, 2018
Categorie : geek
Tags : 2010s,android,geek,Geekeries,iOS,jeuvideo,mobile,runner